A HISTORY OF VIOLENCE

Peut on se fier aux apparences? Derrière l’honnête père de famille qui mène une vie de barman rangé n’y a t’il pas quelqu’un d’autre? Que se cache t’il dans les strates les plus profondes de son histoire personnelle?

Les fantômes du passé ne tardent pas à refaire surface. A l’occasion de la venue d’hommes inquiétants qui prétendent le connaitre, Tom (Viggo Mortensen) change soudain d’attitude. D’abord il tente de ne rien laisser paraitre en adoptant un air grave, mais bientot il se mue en une bête sauvage, une véritable machine à tuer.

A-History-Of-Violence-Viggo-shotgun-590x350

Viggo Mortensen dans History of violence, réalisé par David Cornenberg et sorti en 2005.

Le passé nous rattrape toujours, a t’on coutume de dire. C’est le cas ici, la vie de substitution que s’était créée Tom en mentant à ses proches pour les préserver de la part sombre de lui même s’effondre du jour au lendemain. L’existence se stratifie, elle ne se dissoud pas.

Dans le cas de Tom, c’est à sa nouvelle personnalité que ses proches l’associent. Celle du bon père de famille routinier. Finalement, ses accès de violence extrême sont vus comme salutaires et utiles à la communauté car ils permettent de faire régner une certaine forme, primaire (américaine?), de justice.

A history of violence est, semble t’il, le premier film de Cronenberg à être presque « lisse ». Soit qu’il courbe l’échine sous le joug des conventions, soit qu’il discipline avec recul et sagesse son imaginaire délirant. Toujours est il qu’il est ici très concret, ne traitant « que » de criminalité. Loin de le desservir, cela lui permet, au contraire, d’atteindre un degré supérieur dans son travail.

« Lorsque le diable mue, il perd jusqu’à son nom » disait Nietzsche, une citation complexe que l’histoire de Tom Stall permet, subtilement, de comprendre.

RÉALISÉ PAR: David Cronenberg

ANNÉE: 2005

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *