WOLF CREEK

Une joyeuse bande de copains part randonner à Wolf Creek, mystérieux cratère au centre de l’Australie. En panne d’essence, ils rencontrent un bon samaritain qui accepte de les aider. La rencontre vire rapidement au cauchemar.

John Jarratt et Kelsi Morassi dans Wolf Creek, de Greg McLean (2006).

Cet efficace survival s’inscrit avec discipline dans les règles du genre: des promeneurs confrontés à des dégénérés qui les prennent en chasse. Toutefois, un accent particulier est mis sur le sang et les tortures, entraînant le film aux frontières du torture-porn. Au final, on est plus dans le film d’horreur « dur » que dans une réflexion sociologique sur la perception de la ruralité par le monde urbain.

S’il y a bien deux éléments que l’on retiendra de Wolf Creek, ce sont d’une part, la magnificence des décors (gros clin d’oeil à Délivrance) et d’autre part, le troublant John Jaratt, particulièrement bon dans son rôle de psychopathe.

A noter: un second opus a vu le jour en 2013, nettement moins bon toutefois.

RÉALISÉ PAR: Greg McLean

ANNÉE: 2006

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *