SILENT HILL

Silent hill conte l’errance d’une jeune fille suivie par sa mère adoptive au cœur d’une ville déserte et maléfique. L’une comme l’autre vont vivre des épreuves tout à fait hors du commun.

C’est une véritable plongée dans la terreur que propose Christophe Gans. Son projet aurait été approuvé par Konami à l’unanimité dès réception de la vidéo de présentation alors qu’ils rechignaient depuis quelques années déjà à céder les droits d’adaptation de leur jeu vidéo fétiche.

silent hill christophe gans 2006

Radha Mitchell dans Silent hill, réalisé par Christophe Gans et sorti en 2006.

Les symboles sont nombreux, notamment les références christiques explicites du début du film, puis ils se multiplient et leur complexité s’intensifie. La mère et sa fille, au-delà de lhorreur, vivent un parcours initiatique dont chaque jalon représentera une victoire personnelle. Libre a chacun d’y apposer ses propres traductions sémiologiques, sachant que le registre proposé est globalement celui du dégoût et de la peur.

A la richesse des situations, s’ajoute celle des personnages. La variété des créatures monstrueuses est fascinante et montre en quoi le cinéma peut se révéler être un complément intéressant pour un jeu vidéo porteur graphiquement. Le bestiaire de Silent hill est beau modelé de la sorte, prenant vie le temps d’un film pour donner consistance, réalité et âme à des pixels de jeu vidéo.

La beauté plastique du film est indéniable et émerveille. La pluie de cendres permanente, la noirceur du « gouffre », le délabrement de toutes les choses… hypnotisent et charment l’oeil de leur beauté puis égarent l’esprit dans les méandres de l’imagination. On ne saurait proposer plus beaux décors pour accueillir le sujet du film à savoir les manoeuvres du diable, ses complots et ses hypothétiques secrets.

RÉALISÉ PAR : Christophe Gans

ANNÉE : 2006

2 Responses to “SILENT HILL”

  • J’avais vraiment adoré silent Hill, il est super bien réussi, l’angoisse que l’on ressent en tant que spectateur est la même que celle qui naît en tant que joueur, je trouve. Comme dans un jeu vidéo on a la présentation d’une situation initiale et hop : un petit bouleversement et on se retrouve plongé dans un monde étrange et terrifiant d’un coup et il faut affronter les choses qui s’y trouvent.

  • admin

    il y a effectivement un aspect initiatique qui transparait dans le fantastique du film, comme dans le Labyrinthe de Pan par exemple, qui est excellent dans le genre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *