KAIRO

Une disquette circule dans le milieu des informaticiens Tokyoïtes. Infectée par un étonnant virus, elle  modifie le comportement des gens et les pousse au suicide. Avant de passer à l’acte, ils passent tous par une mystérieuse plate forme internet appelée la « zone interdite ».

Kaïro est à la confluence de deux thèmes phares du cinéma d’horreur asiatique que sont: les fantômes (Nakata, Nakagawa, Tsuruta…) et le suicide (Sono Sion, Harada…).

kairo kurosawa

Kaïro, réalisé par Kiyoshi Kurosawa et sorti en 2001.

Ce savant mélange permet à Kiyoshi Kurosawa d’explorer, via le cinéma, les peurs les plus pressantes de la société dans laquelle il vit c’est à dire celle d’un pays saisi par une contradiction entre la vitesse de son évolution au sein du monde moderne et l’attachement aux traditions ancestrales.

L’ouragan sociologique sans précédent qu’a provoqué le développement des NTIC, a fortiori en Asie, trouve en effet dans la symbolique du fantôme, un écho de choix. Morts-vivants errants dans un no mans land fait de « zéro » et de « un » (la zone interdite), les enfants de la génération internet ont du faire face à de profondes et effrayantes mutations des modes de vie et de pensée.

Métaphore visuelle remarquable de ce phénomène, Kaïro tente d’en dénoncer les limites. A vie individualiste, mort individualiste. L’erection du suicide en aboutissement réservé à ceux qui ont eu « le cran » de traverser la zone interdite, semble relever de cet ordre idée.

Sorti en 2001 et donc tourné puis monté pendant l’éclatement de la bulle internet, ce film est un reflet « à chaud » et très complet des question que pose ce que certains qualifient d’évolution « la plus importante de l’histoire de l’humanité depuis l’invention de l’écriture ».

NB: les remakes américains (intitulés Pulse I et Pulse II), dont ce film a fait l’objet, sont honteusement mauvais.

 

RÉALISÉ PAR: Kiyoshi Kurosawa

ANNÉE: 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *