I SAW THE DEVIL

Faut-il se venger ? Si oui comment ? Rendre le mal par le mal n’est-il finalement pas se rabaisser au niveau de celui qu’on condamne ?

Dans la lignée de Park Chan Wook (Old boy) ou Na Hong-Jin (The chaser), Kim Jee Woon donne à son tour une interprétation de cette importante question.

En remontant la piste du meurtrier sadique de sa petite amie, Soo-Hyun découvre que sa soif de vengeance le transforme en bête et lui fait dépasser toutes les limites.

i saw the devil jai rencontré le diable kim jee woon movie

Lee Bjung-hun dans I saw the devil, réalisé par Kim Jee Woon et sorti en 2011.

S’opposent donc initialement deux conceptions du mal, l’une jubilatoire et perverse, l’autre gorgée de justice et de colère. Mais très rapidement elles se confondent et ne laissent place qu’à l’homme, montré comme un simple animal, mu par la soif de sang, et la brutalité la plus viscérale.

Meurtrier et justicier se pervertissent mutuellement, si bien que l’on ne saurait dire qui des deux est véritablement le diable.

Au-delà de cette ambivalence lourde de sens, ce film est l’occasion pour le réalisateur coréen de monter d’un cran en radicalité après avoir marqué les esprits par son splendide 2 sœurs (2003) et étonné par son changement de style brutal dans Bittersweet life (2005).

Un réalisateur complet qui dépasse ici autant voire davantage de limites que son personnage principal (certaines scènes sont insoutenables). Laissant parler la violence primaire il emplit ses cadres de saignées rouges donnant à l’ensemble un rendu quasi baroque.

Peu de place pour la morale, si ce n’est celle du plus fort. A l’image des civilisations dont Paul Valéry constatait la mortalité en 1919, I saw the devil montre que l’Homme en tant que concept peut lui aussi être mis entre parenthèses, parfois.

RÉALISÉ PAR: Kim Jee Woon

ANNÉE: 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *