HAUTE TENSION

Ce troisième long-métrage d’Alexandre Aja fut sans doute l’un des pionniers, au début du 21ème siècle, de la « nouvelle vague » du cinéma d’horreur français qui se prolongera avec des réussites comme Martyrs, A l’intérieurIls ou plus récemment, La horde.

Très inspiré par l’imagerie et les techniques du cinéma d’horreur US des années 90′, Haute tension fait la part belle au gore et à la violence, sans pour autant délaisser le travail du scénario.

haute tension aja

Haute tension, realisé par Alexandre Aja en 2003.

La lecture du film peut se faire à deux niveaux. Le premier, relativement simple, est l’histoire de deux amies, Marie et Alexia, dans une maison de campagne et à qui il arrive des bricoles. Le second, ne se comprend qu’à la toute fin.

Tout est affaire de tension, de haute tension. Peur et nervosité tout d’abord, peur de mourir sous les coups aveugles de cette brute en salopette sortie de nulle part. Recherche de soi même et tension identitaire ensuite, l’occasion de faire dériver le film vers plus de complexité.

Marie et Alexia errent entre l’ombre et la lumière. Perdue dans une nuit opaque, elles tentent de conjurer les peurs qui les hantent mais aussi et surtout, celles qui hantent (hantaient?) notre société qui, à l’époque, entrait à peine dans l’hypermodernité.

Assumer sa vraie nature n’est pas chose facile, c’est pourtant l’un des objectifs que le monde d’aujourd’hui assigne à chacun de nous. Cela implique des frustrations, de la violence, de la rage parfois. Autant de sentiments qu’Haute tension déforme et pousse à leur paroxysme pour mieux en montrer la dureté.

RÉALISÉ PAR: Alexendre Aja

ANNÉE: 2003

One Response to “HAUTE TENSION”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *