AGUA

Un « retraité » de la natation revient mouiller le maillot aux côtés d’un jeune compétiteur malchanceux en quête de lui-même. Film de niche, Agua plonge avec expertise au cœur du milieu intimiste des nageurs de compétition.

La mise en scène est intéressante au regard de l’allure générale du film, car malgré une réalisation brouillone, la beauté du scénario, compense et transcende ce qui aurait pu être parfaitement nul.

L’existence ascétique et la fascination pour la performance entretenue par le duo de héros donnent une vision très édifiante de la volonté et du dépassement de soi qui ne sont pas sas rappeler la théorie Nietzschéenne du surhomme.

L’on ne saurait dire si l’effort forge la volonté ou si la volonté permet l’effort. Mais une chose est sûre : à la volonté, facteur mental, doit être ajoutée une certaine déconnexion de l’instant présent, un abandon total dans l’action et l’instant, martelés par ces mots de l’entraîneur : « ne pensez à rien, faites le vide… ».

Nicolas Mateo dans Agua, réalisé par Veronica Chen et sorti en 2005.

Nicolas Mateo dans Agua, réalisé par Veronica Chen et sorti en 2005.

La portée du scénario est incertaine et poétique. Elle concerne l’optique qu’il convient d’avoir pour que le sport soit vécu pleinement, sans volonté de domination, sans obsession, sans recherche de reconnaissance. la quête menée par les deux personngaes principaux est celle du seul et unique mouvement, pure vénération pour le geste.

Ce film montre vraiment quelle est l’essence de la natation, c’est à dire l’art de glisser et de se mouvoir dans l’eau, sans autre ambition. La compétition est montrée du doigt comme absurde en soi car ses règles et son esprit vont à l’encontre de ce que devrait être le sport selon l’ordre naturel des choses.

Paradoxalement la compétition de nage en eaux libres, est considérée dans le monde de la natation académique, comme l’apanage des loosers. Le film rétablit la réalité des choses en montrant que la valeur d’un nageur se jauge dans l’eau en tant que telle, et non dans des bassins aseptisés. Globalement « agua » est purement un film de l’onde, des amoureux de son contact et de ses caresses.

RÉALISÉ PAR: Veronica Chen

ANNÉE: 2005

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *